Et si la collision de la Terre avec la planète Theia avait engendré la vie ?

C’est peut-être la collision entre une planète ayant la taille de Mars et la Terre qui a rendu possible la naissance de la vie sur notre planète. Cela se serait passé il y a 4,6 milliards d’années. C’est ce que laisse en tout cas penser une étude récente.

C’est une nouvelle étude qui le dit : ce qui a permis à la vie de se développer sur Terre est peut-être due à une collision particulière. Celle-ci a en effet la particularité d’avoir aussi donné naissance à la Lune. Les éléments transférés sont du carbone, de l’azote et du soufre.

La vie sur la Terre serait apparue grâce à une collision

C’est en tout cas ce que pensent les planétologues de l’université Rice située au Texas. Le résultat de leurs travaux est paru dans un article scientifique publié le 23 janvier dernier dans la revue Sciences Advances. L’un des chercheurs, Damanveer Grewal, explique : « Ce que nous avons découvert, c’est que toutes les preuves – signatures isotopiques, rapport carbone-azote et les quantités globales de carbone, d’azote et de soufre dans la terre de silicate – concordent avec la théorie de la collision de la Terre avec une planète de taille moyenne dotée d’un noyau riche en soufre ».

Les chercheurs ont résumé le résultat de leur article de la façon suivante : « La plupart des éléments essentiels à la vie sur Terre – y compris le carbone et l’azote à l’intérieur de vous – sont probablement venus d’une autre planète ». La formation de la Lune donne à ce titre des informations intéressantes.

En effet, celle-ci serait le résultat de la collision de notre Terre avec Théia, un embryon de planète de la taille de Mars. En rejetant de la matière en orbite autour de notre planète, celle-ci se serait agglomérée pour donner naissance à la Lune. En faisant des simulations en laboratoire, les chercheurs se sont posé la question des éléments volatiles amenés sur la Terre.

Un impact qui aurait aussi favorisé l’apparition de la Lune

Ils se sont alors rendus compte que les volatiles composants de la Lune et le manteau primitif de la Terre avaient « une origine commune ». Ce manteau primitif est composé de carbone, d’azote et de soufre. Rajdeep Dasgupta, le co-auteur de l’étude explique : « Notre étude indique que les éléments volatiles indispensables à l’apparition de la vie peuvent arriver aux couches superficielles d’une planète, quelle qu’elle soit, en ayant été produits sur des corps dont le noyau s’est formé dans des conditions très différentes ».

Il y a donc des liens entre l’impact géant et l’arrivée de la vie sur Terre. Les scientifiques suggèrent ainsi « que l’impacteur qui a amené le carbone, l’azote et la soufre à la Bulk Silicate Earth pourrait être l’impacteur qui a formé la Lune »…