70 chiens destinés à la consommation de viande ont été sauvés d’une ferme en Corée du Sud

Dans une ferme en Corée du Sud, HSI a sauvé 70 chiens destinés à la consommation humaine qui étaient maintenus dans de terribles conditions, enfermés dans des cages.

© Capture Facebook

70 chiens destinés à la consommation humaine ont été sauvés d’une ferme à Hongseong, en Corée du Sud, après avoir été enfermés dans des cages pendant des mois en raison de l’apparition d’un nouveau coronavirus. Leur sauvetage a été rendu possible par une mission de la Humane Society International (HSI).

HSI a lancé la mission après avoir travaillé avec le fermier et l’avoir convaincu que l’industrie canine n’est pas une bonne affaire. Le sauvetage était prévu pour début mars, mais a dû être reporté en raison des restrictions causées par l’épidémie de Covid-19.

Lorsque le coronavirus a frappé la Corée du Sud et le monde entier, il y a eu des blocages aux frontières et un isolement social, ce qui a empêché le déplacement des chiens.

70 chiens destinés à la consommation ont été sauvés

ju
© Facebook/Humane Society International

Le but ultime de la mission est de transporter les chiens au Canada et aux États-Unis, où l’organisation se chargera de trouver des foyers d’adoption. Cependant, les restrictions qui demeurent en place pour les vols internationaux ne permettent pas de connaître la destination finale des chiens sauvés.

Pour l’instant, HSI les place dans des foyers temporaires en Corée du Sud, où ils seront réhabilités et recevront des soins vétérinaires jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de voyager. Le fermier Nakseon Kim élevait des chiens depuis près de 40 ans, mais en raison de l’opposition croissante à leur consommation, il a décidé de trouver une nouvelle activité.

De plus, les nouvelles réglementations et les décisions de justice qui prennent des mesures pour contrôler l’industrie compliquent le développement de l’activité et poussent les agriculteurs à chercher d’autres types d’entreprises.

Corée du Sud
© Facebook/Humane Society International

Nakseon a déclaré au Mail Online :

« Cela peut paraître étrange, mais j’ai commencé à élever des chiens parce que j’aime les chiens. Je n’ai jamais été un grand fan de la viande de chien. J’avais quelques chiens, alors j’ai commencé à les élever et quand j’avais 20 ou 30 ans, j’ai commencé à les vendre parce que je pensais que ce serait productif, mais ça ne s’est pas vraiment passé comme ça. Je ne gagne rien avec cet élevage de chiens, et la pression du gouvernement augmente et ce n’est pas du tout une bonne affaire ».

Dans la ferme, différentes races de chiens ont été élevées, puis emmenées vers deux industries abusives telles que le commerce de la viande et les usines à chiots. Après des années de commerce de chiens, le fermier va commencer une nouvelle vie en cultivant des choux et d’autres légumes, avec l’aide de l’organisation caritative.

chiens
© Facebook/Humane Society International

Nara Kim, responsable de la campagne HSI, a déclaré :

« Malheureusement, il est encore très courant de voir des chiots en vente dans les animaleries. Mais ce que la plupart des Coréens seraient surpris d’apprendre, c’est que ces mêmes chiots ont peut-être été tués par la suite pour la consommation humaine. Qu’ils vivent ou qu’ils meurent, ils sont tous nés dans ces endroits, leurs mères se reproduisent intensivement encore et encore jusqu’à ce qu’elles soient épuisées et finalement vendues aux abattoirs ».

L’activiste est très heureux d’avoir sauvé ces 70 magnifiques chiens d’une triste fin, et que leur cauchemar soit terminé. En attendant, elle continuera à se battre pour mettre fin aux industries de l’élevage et de la viande de chien en faisant pression sur le gouvernement pour les éliminer complètement.

La ferme de M. Nakseon est la 16e à être fermée depuis le début du programme de transition des agriculteurs en 2015.

chiens
© Facebook/Humane Society International

Les chiens reçoivent des soins vétérinaires appropriés, car certains d’entre eux avaient des problèmes de santé dus aux mauvaises conditions de l’endroit où ils étaient détenus. Grâce aux mesures prises par le gouvernement, la consommation de viande de chien a régulièrement diminué en Corée du Sud.

On sait que le commerce est interdit ou sévèrement limité dans différentes régions d’Asie, comme Hong Kong, Taïwan, la Thaïlande, Singapour et les Philippines.

En 2018, Hanoi, la capitale du Vietnam, a promis de mettre fin au commerce de la viande de chien, une mesure mise en application dès 2021. Récemment, on a appris que les villes chinoises de Shenzhen et Zhuhai ont interdit la consommation de chiens et de chats, car ils sont considérés comme des animaux de compagnie.

Au fil du temps, la pression mondiale s’accentue sur les pays asiatiques pour qu’ils ferment définitivement les marchés d’animaux sauvages.

Car ces pratiques sont considérées comme un risque imminent pour la santé de l’humanité et une source possible pour le développement de nouveaux virus. En effet, la Corée du Sud et d’autres pays asiatiques tentent de renforcer leurs actions pour éliminer ces activités et en appellent à l’ensemble du continent.

Nous espérons que ces chiens sauvés auront bientôt la fin heureuse qu’ils méritent tant et qu’ils pourront trouver un foyer pour toujours, loin des cages et d’une mort certaine.