Le télétravail a beaucoup d’avantages, mais un gros inconvénient : les « cons » débarquent chez vous !

Le télétravail permet de travailler à partir de chez soi ! Malheureusement il permet aussi aux collègues casse-pied d’accéder au domicile !

Remplacer Son Ordinateur
Remplacer Son Ordinateur

« Tonvoisin » expert autoproclamé en « conologie » a encore frappé. Non,  pas à ta porte…Celui qui a pour habitude de publier des pamphlets en trempant sa plume dans le vitriol vient à nouveau de sévir.  Auteur entre autres des ouvrages « vivre avec des cons » , « travailler avec des cons » , « dîner avec des cons » , il vient de publier un nouveau guide de survie « déconfinés avec des cons ». En fait, il explique au minimum au quinzième degré, comment faire pour survivre aux cons envahissants du milieu professionnel. En effet, on travaille souvent avec des cons. Pire, on est souvent le con de quelqu’un d’autre, mais finalement l’un des avantages quand on travaille avec ces célèbres individus, on les laisse au bureau le soir. On peut donc facilement survivre.  Les cons du bureaux restent en principe dans l’espace professionnel. Mais hélas, trois fois hélas, le confinement et le télétravail ont passé par là.

Une conséquence inattendue du télétravail

Avec le télétravail on accède au bureau pour travailler. Magnifique. On se téléporte virtuellement sur son lieu de travail ou presque. En fait, on se cache derrière son écran, en pantoufles-lapin même pas assorties à l’infâme jogging qu’on n’ose pas donner à la Croix-Rouge de peur de se faire jeter des pierres. Malheureusement ce qui va dans un sens, va aussi dans l’autre. En effet, ce petit coin d’écran qui permet de travailler donne aussi un accès virtuel aux collègues à son chez-soi. Or, si après le travail on sélectionne les éventuels collègues avec lesquels on souhaite prendre un pot voire organiser un dîner avec ou sans les conjoints, au télétravail cela se complique. Dans ce cadre, tous les collègues ont accès à son chez-soi. Même le vieux rat à l’air chafouin de la comptabilité. Et tout le problème est là. C’est ainsi que Tonvoisin, l’auteur des guides de survie en milieu hostile, entendez par là, au milieu des cons, a utilisé son temps libre durant le confinement pour dresser le portrait type des cons envahissants du bureau qui viennent squatter virtuellement son espace privé.

Une jolie brochette de cons

Espérons avant tout que l’auteur ne se soit pas fait démasquer par ses collègues. Ce serait très…con ! Mais cela ne semble pas être le cas pour le moment. Toujours est-il que son ouvrage liste différents types de « cons » et à la lecture de l’ouvrage,  il faut avouer, qu’on en a tous au moins un dans son entourage. Les plus honnêtes se demanderont si… euh non, quand même pas. Les cons ce sont toujours les autres. Quoi que… En fait une fois de plus, l’ouvrage est désopilant et le trait, certes forcé, en rend la lecture absolument croustillante. De plus, il ne faut pas se mentir, ses conseils pour éviter ces crispants petits personnages sont loin d’être mauvais.

Quelques exemples tirés de l’ouvrage

Les profils décrits sont nombreux, il faut donc forcément faire un choix. En fait, selon nous, le plus casse-pied est celui qui est décrit comme le « con voyeur », vous savez, le gars qui a besoin de vous voir quand vous contactez vos collègues. Or, vous, vous avez juste envie de rester dans votre vieux jogging, avec votre chat à coté de votre PC et votre barbe de trois jours. Et Ducon veut un appel vidéo. Une seule parade. Prévenir que votre webcam buggue « tu comprends, j’ai pas eu le temps de la faire vérifier ». Il est con, il le croira. Mais il y a aussi un autre profil qui peut faire bugguer le plus zen des télétravailleurs. C’est le con illuminé. Rien à voir avec les guirlandes clignotantes du sapin de Noël, c’est juste le gars qui va vous bombarder de citations inspirantes voire mystiques. Par contre, nous ne vous dirons pas ce que Tonvoisin recommande à son sujet, cela pourrait flirter avec le pénal.