Les plantes chinoises qui ont germé sur la Lune ont finalement gelé

L’expérience botanique spatiale historique menée par la Chine a tourné court. L’agence spatiale chinoise a déclaré lundi qu’elle avait réussi à faire pousser du coton sur la Lune. Une expérience scientifique spectaculaire destinée à prouver qu’il est possible de faire germer une graine sur un autre astre que la Terre en recréant les conditions environnementales favorables à la constitution d’une mini-bioshphère. Et une première étape cruciale en vue de l’établissement d’une future base habitée sur la Lune.

Arrivée sur la Lune le 3 janvier, la sonde Chang’e 4 a apporté avec elle un caisson cylindrique alimenté en eau et en lumière et protégé des radiations extérieures afin de fournir une atmosphère constante de 25 degrés. À l’intérieur, les scientifiques y ont placé des graines de coton, de levure, de pomme de terre, de colza et de cresson ainsi que des œufs de mouches dans le but de créer un écosystème autonome.

La lumière naturelle de la Lune devait permettre aux panneaux solaires de fournir de l’énergie à la sonde et aux graines de se développer. L’oxygène dégagé par ces dernières devait favoriser la croissance des œufs de mouches, qui devaient eux-mêmes produire du dioxyde de carbone permettant aux plantes de continuer leur croissance. À en croire les médias chinois (dont les photos s’avèrent finalement être celles de l’expérience témoin menée sur la Terre), l’expérience avait pourtant bien commencé avec l’éclosion d’une première pousse de coton.

Ce cercle vertueux s’est finalement brisé rapidement après quelques jours de fonctionnement. La nuit est tombée sur la Lune et le caisson est désormais soumis à des températures extrêmes inférieures à – 50 degrés, rapporte le journaliste spécialisé Andrew Jones. Plongée dans l’obscurité, la sonde n’est plus alimentée en énergie par ses panneaux solaires et ne peut plus réguler la température à l’intérieur du caisson. Les plantes ont donc fini par gelé. Selon les responsables de l’expérience, elles se décomposeront lorsque la chaleur et le jour reviendront à la surface de la Lune.