Anne-Sophie Lapix (France 2) fait polémique totale à cause de ses jambes !

La journaliste n’a jamais usé de sa beauté pour faire carrière. Brillante et professionnelle, elle est reconnue par ses pairs. Mais la voilà au cœur d’une tourmente qu’elle n’a pas choisie. On vous explique tout !

© Borde-Jacovides-Moreau/Bestimage

Anne-Sophie Lapix officie à la tête du JT de 20 heures de France 2 depuis 2017. Et ce, presque sans aucun accroc. Enfin, presque. Après plusieurs aléas du direct, la voici au cœur d’une nouvelle polémique. En cause ? Ses jambes ! On vous explique tout !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Anne-Sophie Lapix (@aslapix)

Anne-Sophie Lapix est aux commandes du JT de 20 heures de France 2 depuis déjà 2017. Si elle peut se targuer d’avoir un parcours depuis ses débuts sur LCI, elle a récemment fait quelques accrocs. Mais ce sont là des petits aléas du direct. En effet, pendant le générique du JT, elle a parlé car elle croyait que son micro était fermé. Lundi 10 mai, elle a éclaté de rire pendant le journal car un caméraman a fait n’importe quoi avec sa caméra. Lundi 24 mai, elle a récidivé. Il faut dire qu’un gros problème technique est survenu pendant le JT.

Anne-Sophie Lapix restera-t-elle encore longtemps dans son fauteuil du JT de 20 heures sur France 2 ? Rien n’est moins certain. Car en 2017, elle assurait à nos confrères du Parisien qu’elle ne se verrait pas rester trop longtemps à ce poste. « Je pense que je ne m’éterniserai pas au « 20 heures ». Les présentateurs qui restent quinze ou vingt ans à la tête d’un journal, c’est terminé. Comme je vous l’ai déjà dit, nous ne sommes pas des « stars ». Donc oui, si je ne suis pas virée d’ici cinq ans, peut-être que je choisirai moi-même de partir. »

Anne-Sophie Lapix: « Je pense que je ne m’éterniserai pas au « 20 heures ».

Anne-Sophie Lapix n’aime pas se livrer sur sa vie privée, contrairement à Claire Chazal, qui posait souvent en couverture de Paris Match. Il faut dire qu’elle n’en voit pas l’intérêt. « Je n’ai pas l’impression que poser avec mon mari ou mes enfants serve mon travail. Quand on est journaliste, on informe le public sur les autres, sur le monde. On n’ouvre pas la porte de son intimité. Claire Chazal, c’est différent, elle est un personnage de roman. Elle appartenait à une époque où les présentateurs de JT étaient des « stars » Moi, je suis loin d’en être une. »

D’ailleurs, elle ne comprend pas vraiment que les téléspectateurs puissent s’intéresser ç sa vie. « Ça les intéresse… oui et non. Ça les amuse, surtout. Mais je ne changerai pas. On peut faire de la télé tout en préservant sa vie privée. Regardez Yann Barthès, il fait « Quotidien », son talk-show, toute la semaine, et reste très discret. Il a raison. Vivons heureux, vivons cachés. »

Et d’expliquer : « C’est simple, si vous donnez un peu, on vous réclame beaucoup. Si vous commencez à parler de votre mari (elle a épousé Arthur Sadoun, PDG de Publicis, troisième groupe mondial de communication, NDLR), on vous poursuit avec des appareils photo. Puis on va s’imaginer des trucs faux, on va dire que votre couple est un couple de pouvoir et d’influence, on va penser que vous contrôlez le monde grâce à votre réseau. J’ai du mal à supporter cela. », poursuit-elle dans les colonnes du Parisien.

« Au bout d’un moment, c’est trop.« 

Il faut dire que quand on est un personnage médiatique, quoiqu’on fasse, on risque la critique. Il en va ainsi de son sourire qu’on lui reproche souvent. « Au bout d’un moment, c’est trop. Quand on est affectée, il vaut mieux se sortir de là« , a ainsi expliqué la journaliste. « Moi je souris beaucoup. C’est apparemment un défaut dans ce genre de circonstances. Et ça a été mal interprété. J’ai eu énormément de critiques. On m’a accusée d’avoir un petit sourire narquois. Et non, dans la vie je souris effectivement tout le temps« , a-t-elle ainsi révélé.

« Du coup, pour l’interview d’Emmanuel Macron, je faisais tout pour ne pas sourire (…) J’essayais franchement d’avoir un air grave. Sauf que je le jouais en fait, cet air grave. On en est là. Je change ma tête, je prends ma tête douloureuse au lieu d’avoir une tête souriante », a-t-elle justifié. « Je souris plus que je ne fais la gueule ! Effectivement. »

Mais lundi 24 mai malheureusement, Anne-Sophie Lapix ne souriait pas. « Retour en France où, depuis mercredi dernier, on peut de nouveau visiter musées et monuments », a déclaré Anne-Sophie Lapix. Puis elle a lancé le reportage. « Le château de Chambord, fermé six mois, a retrouvé ses visiteurs. Ils étaient même plus de dix-mille hier à vouloir arpenter ses couloirs, mais il y avait une jauge. Les chanceux ont pu assister à un spectacle équestre et se promener dans les jardins du château. Visite guidée. » Visite guidée n’a pas eu lieu. Car le reportage s’est terminé avant la fin.

« Les zooms sur ses jambes étaient gênants« 

« Et nous ne sommes pas en mesure de diffuser la fin de ce reportage. Excusez-nous pour ce problème technique« , a expliqué la présentatrice. Elle a alors enchaîné, mal à l’aise, sur la victoire du LOSC face au PSG. « Je regardais les infos sur France 2 et y a un reportage qui a bugué, la tête d’Anne-Sophie Lapix était épique« , a ainsi lâché un internaute.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Anne-Sophie Lapix (@aslapix)

Ce “bug” de mai dernier aurait pu rester le dernier dérapage de l’année pour Anne-Sophie Lapix. Mais voilà que ses jambes se retrouvent au cœur d’une polémique. Nos confrères du Le Monde ont ainsi relevé que David Pujadas « ne bougeait guère de son siège d’homme-tronc ». Par contre Anne-Sophie Lapix est toujours beaucoup plus en mouvement. Et le quotidien ne trouve pas ça flatteur pour la journaliste. Au contraire ! « Les fausses conversations debout et face à face perdent de leur naturel espéré quand un plan de coupe malheureux montre Anne-Sophie Lapix lisant la question suivante sur les fiches qu’elle tient à la main« .

Même les téléspectateurs se plaignent des nombreux plans sur les jambes de la présentatrice. « Les zooms sur ses jambes étaient gênants et les « assis-debouts » épuisants », “Pourquoi on nous montre ses jambes à Anne-Sophie Lapix. Jamais vu celles de David Pujadas…”, se lamentent ainsi certains d’entre eux. Pourquoi la chaîne France 2 fait-elle ces choix de réalisation ? Ca semble en tous cas contre-productif…