Qu’est-ce que la nourriture naturelle pour chiens et quels sont ses avantages…

Régimes basés sur des aliments exempts d'additifs, de conservateurs, de colorants et d'arômes chimiques.

© Lasprovincias

Nourriture naturelle: De plus en plus de personnes se préoccupent de l’alimentation de leur chien et s’interrogent sur les habitudes les plus bénéfiques pour lui assurer une santé optimale. Et bien que des aspects tels que le confort et l’économie aient joué un rôle important dans le processus de décision, l’intérêt pour les aliments naturels gagne du terrain et devient une exigence essentielle dans la plupart des foyers. Nos animaux domestiques sont considérés comme un autre membre de la famille.

L’alimentation naturelle désigne les régimes basés sur des aliments exempts d’additifs, de conservateurs, de colorants et d’arômes chimiques.

En d’autres termes, ceux qui sélectionnent des matières premières fraîches et 100% réelles.

Comme l’explique Judit Martínez, vétérinaire intégrative spécialisée en médecine interne et en nutrition animale, il existe quatre grands types d’alimentation naturelle : l’alimentation naturelle crue avec os (BARF), l’alimentation naturelle crue sans os, l’alimentation naturelle cuite avec abats ou l’alimentation naturelle cuite sans abats.

BARF est l’acronyme de « Biologically Appropriate Raw Food« , qui se traduit par « alimentation crue biologiquement appropriée ». Il s’agit d’un type d’alimentation pauvre en glucides, qui vise à retrouver ce que les chiens mangeraient selon leur génome : ils se nourrissaient de leurs proies et ingéraient des os, de la viande et des abats crus, ainsi que des légumes dans leur estomac.

 » Le chien est un carnivore facultatif, c’est-à-dire que ses nutriments essentiels sont présents dans les tissus d’origine animale. Ils peuvent survivre pendant de courtes périodes en mangeant de la matière végétale. Mais il est important de préciser que la survie n’est pas synonyme de santé et que carnivore facultatif n’est pas synonyme d’omnivore », précise Judit.

On peut dire que le régime BARF est basé sur quatre groupes alimentaires fondamentaux, qui doivent être fournis crus (à l’exception de certains légumes), en tenant compte de pourcentages spécifiques lors de la composition du plat : os charnus (50-70%), viande ou poisson (20-30%), abats (10%) et légumes ou fruits (10%). Il est important de noter que tous les aliments crus doivent être préalablement congelés pendant 48h à 15 jours à -18ºC, pour éviter le développement de maladies parasitaires et bactériennes.

nourriture
Pexels

Dans le cadre du BARF, on peut choisir entre trois options, en fonction de ce qui convient le mieux à l’animal et aussi au propriétaire : l’alimentation de proie, l’alimentation à base d’os entiers, l’alimentation à base d’os broyés (cuits ou crus) et l’alimentation complétée (sans os ou même abats).

Mais est-il préférable de donner des aliments crus ou cuits ? Comme le dit le vétérinaire, il y a beaucoup de nuances : « Nous essaierons toujours de donner la priorité à l’alimentation crue. Mais tout dépend des goûts de l’animal ou de la pathologie qu’il peut présenter ».

Cependant, selon Judit, « les protéines et leur digestion dans les aliments crus sont bien meilleures. En outre, l’aliment cru est biologiquement intact dans sa composition, alors qu’en le soumettant à un processus thermique, les nutriments qui seraient présents dans l’aliment cru sont perdus« , dit-elle.

En bref, le BARF cuit  » est destiné aux animaux qui ne peuvent pas être nourris avec des aliments crus ou qui présentent une certaine pathologie. Donner de la vraie nourriture ne signifie pas aller à l’encontre des goûts ou des besoins de notre animal. Toutefois, il est essentiel de garder à l’esprit que les os ne peuvent jamais être donnés cuits ou soumis à un quelconque traitement thermique, à moins qu’il ne s’agisse d’os broyés », précise-t-il.

Nourriture: L’une des questions les plus fréquentes que se posent les personnes qui veulent se lancer dans le monde BARF est la suivante :

Quelle quantité de nourriture dois-je donner à mon animal ?

Eh bien, pour répondre à cette question, il faut tenir compte de plusieurs facteurs : l’âge, l’activité physique, l’état de santé et la race ou le poids idéal de l’animal dans sa phase adulte. Grâce à ces informations et avec l’aide d’un vétérinaire nutritionniste, un plan nutritionnel adapté aux besoins de chaque animal peut être élaboré.

Nourriture: Quant aux bienfaits de ce type d’aliments naturels, les experts soulignent l’amélioration de la condition corporelle, de la santé bucco-dentaire, de l’humeur, de l’aspect des cheveux, du microbiote intestinal et même, au niveau biochimique, l’amélioration de la santé mitochondriale.

« Les vétérinaires inversent aujourd’hui des pathologies que nous pensions auparavant impossibles uniquement en utilisant l’alimentation naturelle… cela nous amène donc à continuer à défendre non seulement le BARF, mais aussi l’alimentation naturelle, quelle qu’elle soit« , dit-il.

Cependant, « il existe des pathologies qui ne permettent pas de donner du BARF. Cela est surtout connu des vétérinaires qui formulent comme moi, car nous respectons les directives de la FEDIAF, du NRC, de l’AFFCO… pour répondre aux besoins nutritionnels, depuis l’entretien et la croissance, jusqu’à chacune des pathologies que l’animal peut présenter », commente Judit.

En ce qui concerne la nutrition basée sur l’alimentation, Judit est catégorique : « Nous ne pouvons pas penser que les aliments ultra-transformés nous offrent les mêmes valeurs nutritionnelles que les vrais aliments, car ces derniers ont une densité nutritionnelle beaucoup plus élevée que les premiers », souligne-t-elle.

meat
Pexels

« Il faut voir dans l’alimentation animale une conséquence de l’intérêt économique et de nos vies modernes bien remplies, car il est très pratique d’ouvrir un sac et d’en verser simplement le contenu. Il est un fait que cela n’aidera pas à nourrir nos animaux de façon optimale, ni à prévenir les maladies dégénératives chroniques que nous voyons tous les jours à la clinique. Tout comme la nutrition et les pathologies se sont aggravées chez nos animaux de compagnie, elles se sont également aggravées dans la société moderne d’aujourd’hui« , dit-il.

Nourriture: Selon Judit, il est courant de trouver des cas d’animaux consommant des aliments présentant certains symptômes d’atopie, de diarrhée, de syndromes de malabsorption intestinale, des cas de diabète, d’obésité… « Face à ces situations, en remplaçant les aliments ultra-transformés par de vrais aliments, ainsi que la gestion appropriée de certains médicaments qui peuvent être nécessaires, nous pouvons corriger une multitude de pathologies que nous avions en place chez les animaux ».

Enfin, le vétérinaire précise :  » l’effet fonctionnel d’un aliment dépend de la somme de ses ingrédients. Alors, offrir une assiette de viande, d’abats, d’os, de fruits et de légumes, c’est la même chose qu’offrir des croquettes ?

Si vous aimez les animaux, n’oubliez pas de partager nos articles avec vos amis.

©️ Rédaction Tekpolis toute reproduction de nos articles sans notre accord sera signalée à Google et Facebook