Leishmaniose transmise par les moustiques chez les chiens : ce que c’est, les symptômes, la prévention et le traitement

Nous allons vous expliquer ce qu'est la leishmaniose canine et comment elle se transmet.

© hvnachomenes

La leishmaniose est quelque chose qui nous inquiète tous avec l’arrivée de l’été, car nous craignons pour nos animaux de compagnie et c’est pourquoi nous allons vous informer sur ce sujet.

Qu’est-ce que la leishmaniose canine et comment est-elle transmise ?

La leishmaniose du chien ou leishmaniose canine est une maladie infectieuse causée par le parasite protozoaire Leishmania infantum et la réponse du chien à cette infection parasitaire. Le protozoaire Leishmania infantum est transmis aux chiens par injection par la piqûre d’un type de moustique, le phlébotome, bien que d’autres voies d’infection possibles aient également été décrites. Les humains, les chats, les furets, les loups… peuvent également contracter la leishmaniose.

La leishmaniose canine peut affecter toutes les races de chiens, bien que la séropositivité à l’infection par L. infantum soit liée à la taille du chien (incidence plus élevée chez les chiens de grande taille par rapport aux petits chiens) et soit significativement plus élevée chez les jeunes chiens (âgés de moins d’un an) que chez les chiens plus âgés.

  • Combien de temps faut-il à un chien pour présenter les symptômes de la leishmaniose à partir du moment où il a été piqué ?

Il peut s’écouler entre 4 et 6 mois entre le moment où le chien est infecté par la piqûre et les premiers signes de symptômes. Si un chien atteint de leishmaniose est diagnostiqué à temps et suit un traitement qui permet d’isoler le parasite, le patient peut jouir d’une bonne qualité de vie et mourir d’autres causes non liées à la maladie.

  • Quels sont les symptômes et comment la maladie se manifeste-t-elle ?

Dans sa phase initiale, la maladie peut se manifester par des pathologies dermatologiques. Ces symptômes peuvent être accompagnés ou non d’autres symptômes non spécifiques :

  • Atrophie musculaire.
  • Apathie.
  • Épisodes de fièvre.
  • Larmoiement excessif, paupières gonflées.
  • Boiterie sans cause apparente.
Leishmaniose
© urgenciesveterinaries
  • Des symptômes plus spécifiques peuvent également apparaître, tels que

– Croissance disproportionnée des ongles (Onychogryphose).
– Glandes gonflées/enflées.
– Alopécie caractéristique (plaques chauves, ulcères) dans certaines zones du corps, comme les oreilles, autour des yeux.
– Maigreur et perte de poids sans raison apparente.

Des chiens différents présenteront des signes différents d’infection. Certains individus présenteront des symptômes très évidents, tandis que d’autres chiens ne présenteront aucun signe clinique suspect. Il est donc essentiel de réaliser périodiquement des tests spécifiques (IFA, ELISA, PCR) et/ou des kits de tests rapides pour écarter toute infection au moindre soupçon.

Un vétérinaire, par le biais d’un examen physique approfondi, peut examiner les symptômes, les lésions cutanées et prélever des échantillons de sang pour des tests analytiques, qui peuvent révéler des anémies, des taux élevés ou faibles de globules blancs, de plaquettes ou de protéines sanguines et des taux d’anticorps,…

Si la maladie a déjà commencé à affecter le foie et/ou les reins, des valeurs anormales seront également observées dans différents paramètres des tests analytiques. Des tests supplémentaires peuvent alors être effectués pour confirmer que la cause de ces changements est une infection par Leishmania.

  • Comment diagnostique-t-on la leishmaniose chez le chien ?

La présence de Leishmania peut être confirmée par la détection d’anticorps présents dans l’organisme (protéines générées par le système immunitaire), la présence directe du parasite détectée par des techniques de biologie moléculaire (qui le quantifieront également), la cytologie pour observer directement le protozoaire au microscope ou encore les biopsies tissulaires pour confirmer sa présence dans les tissus (la présence de parasites dans les lésions cutanées, la moelle osseuse, les ganglions lymphatiques et même dans la muqueuse rectale peut être visualisée au microscope).

  • Comment prévenir la leishmaniose ?

Pour éviter que notre chien ne contracte la leishmaniose, nous devons prendre en compte les mesures suivantes :

1. Répulsifs sous forme de spray, pipette, aérosol, collier …

Ils peuvent être appliqués chaque fois que nous devons séjourner ou voyager avec notre chien dans des zones endémiques – où le moustique est répandu – et consistent à appliquer des substances répulsives directement sur la peau du chien pour prévenir les piqûres de moustiques et donc la transmission du parasite.

2. Le vaccin contre la leishmaniose

Peut être administré dès l’âge de six mois. Il s’agit d’une méthode intéressante pour prévenir l’infection chez les chiens vivant dans des zones endémiques. Le vaccin ne prévient pas l’infection de la maladie, mais il réduit le risque de progression de la maladie et les signes cliniques associés à la maladie. Le vaccin doit être administré UNIQUEMENT aux patients qui ont été précédemment testés négatifs à un test sanguin sérologique et ne garantit pas une protection à 100 %. Son administration doit être accompagnée de l’utilisation de substances répulsives.

3. Renforcer la résistance immunitaire grâce à un médicament

La dernière avancée dans la prévention et le traitement de la leishmaniose est un médicament spécialement formulé (Leishguard) dont l’ingrédient actif est la dompéridone, capable de stimuler la réponse immunitaire cellulaire, augmentant le potentiel leishmanicide des leucocytes phagocytaires, qui sont finalement responsables de l’élimination des parasites dans la prévention et le traitement de la leishmaniose canine.

4. Tests sérologiques réguliers

En général, mais encore plus chez les chiens vivant dans des zones endémiques, il est nécessaire d’effectuer des tests sérologiques réguliers (tous les six mois) pour détecter la maladie à un stade précoce. Si nous ne prenons AUCUNE mesure de protection, le risque que notre chien soit infecté augmentera de façon exponentielle.

chien
© GETTY IMAGES
  • Quel est le traitement de la leishmaniose canine ?

La thérapie indiquée pour le traitement d’un chien infecté par la leishmaniose dépendra évidemment de la gravité des symptômes présents et de l’atteinte des organes internes et des complications telles que des problèmes rénaux ou une insuffisance rénale.

Le traitement de la leishmaniose canine est pharmacologique et peut être complété par un régime alimentaire spécifique adapté au patient pour aider à renforcer le système immunitaire (en utilisant des antioxydants), pour aider le chien à retrouver son poids et aussi pour aider à prévenir la formation de calculs rénaux, un effet secondaire de certains des médicaments spécifiques utilisés pour traiter la leishmaniose.

Les médicaments les plus couramment utilisés sont :

  • Allopurinol : c’est un médicament qui est administré par voie orale toutes les 12 heures pendant 6 à 12 mois.
  • Antimoniate de méglumine (Glucantime) : il s’agit d’un médicament qui est administré par injection toutes les 12 heures pendant 6 semaines. Il faut être prudent avec ce médicament, car il peut être agressif pour les reins. Si le patient souffre d’une insuffisance rénale, les avantages et les inconvénients doivent être soigneusement pesés ; le médicament doit être administré de manière contrôlée et, pendant les premiers jours, à l’hôpital, avec l’administration de liquides intraveineux pour protéger la fonction rénale.
  • Miltefosine (Milterforan) : administré par voie orale toutes les 24 heures pendant 4 semaines.