Les chats sont-ils vraiment asociaux ? Une scientifique dévoile la vérité

Des experts ont mené une étude sur la sociabilité des chats. Récemment, une experte a révélé la vérité sur eux.

Nous avons toujours comparé les chats à leurs éternels rivaux : les chiens. La croyance populaire a toujours classé ces animaux comme peu sociables et distants. Une raison qui a conduit de nombreuses personnes à les détester. Mais qu’en dit la science ? Des chercheurs ont réalisé certaines études. Voici ce qu’en dit cette experte en comportement animal.

D’où vient cette idée reçue sur les chats ?

Le chat est un animal discret et asocial. Tout le monde est d’accord sur ce point. Mais il n’existe aucune preuve scientifique à l’appui. En fait, la sociabilité des chiens a toujours le plus suscité la curiosité des scientifiques. Le fait est que le sujet leur est plus attirant.

Selon certaines études, les chiens sont plus réceptifs aux signaux humains. Cela leur permet d’interagir davantage avec nous et les rend plus sociaux. Les experts affirment également que cette nature leur vient de leurs ancêtres, les loups gris, qui sont des animaux sociables. Contrairement aux chats.

À lire Toutes ces choses que les chats peuvent voir contrairement aux humains

Les chats sont-ils vraiment asociaux ? Une scientifique dévoile la vérité
Capture Instagram

Selon les experts, les chats descendent du félin sauvage d’Afrique. Un animal peu coopératif, secret et antisocial. Nous nous en somme donc tenus à la nature de ces derniers pour déterminer la personnalité des félins sans creuser davantage. D’autant que les chercheurs n’ont pas trouvé le sujet intéressant.

D’ailleurs, le comportement des chats domestiques ne plaide pas en leur faveur. En effet, ces animaux sont généralement introvertis et discrets. Mais au fil des années, les chercheurs se sont penchés sur la réalité de ces cas et ont découvert la vérité. Une étude spéculative met fin à cette croyance.

Les félins sont-ils vraiment asociaux ?

Selon Kristyn Vitale, scientifique à l’université Unity Environmental Miane, les scientifiques ont récemment étudié la sociabilité des chats. Également mère de trois chats, elle travaille avec un laboratoire qui étudie les interactions entre l’homme et l’animal. Ce laboratoire est situé à l’université d’État de l’Oregon.

La directrice, qui s’appelle Monique Udell, participe aussi aux études. Les deux scientifiques ont fait des recherches sur la cognition féline. Au cours de cette étude, ils ont découvert que les chats ont des personnalités flexibles. Leur comportement social dépend de leurs expériences personnelles, tout comme pour les chiens.

À lire Les types de personnes que les chats n’aiment pas et pourquoi

Cela signifie que les chats qui ont eu une première expérience de socialisation au bon moment de leur vie peuvent être sociables. C’est encore mieux si cette première expérience est positive. Dans le cas contraire, ils peuvent, en grandissant, craindre les humains et devenir antisociaux.

De même, les chats très socialisés peuvent s’attacher à leur maître. Un lien qui peut s’avérer profond et stable. Selon la spécialiste, il suffit que les propriétaires soient attentifs à leurs compagnons et en prennent soin. Ils exploreront ensuite progressivement ce lien.

D’autres capacités cognitives méconnues des chats ?

Ces deux scientifiques ont également travaillé sur d’autres capacités félines. Selon Kristyn Vitale, ils ont aidé des propriétaires à dresser plus de cinquante chatons âgés de 3 à 8 mois. Selon Kristyn Vitale, ce dressage est très similaire à celui d’un chien. Les chatons se sont révélés capables d’apprendre les ordres de base.

En effet, les chats ont appris à marcher avec un harnais et une laisse, à sauter dans un cerceau et à faire d’autres tours. Actuellement, les chercheurs travaillent sur la capacité de ces animaux à aider les enfants présentant des différences de développement. S’il existe des avantages potentiels pour l’enfant en termes d’activité physique ou de bien-être social.

À lire Ces techniques pour empêcher votre chat de faire ses griffes sur les meubles


Vous aimez cet article ? Partagez !