Il rénove sa maison et découvre 3 squelettes d’animaux préhistoriques

Partez à la découverte d'un trésor préhistorique qui a stupéfié les paléontologues ! 3 squelettes d'animaux inattendus retrouvés !

Imaginez un lieu où le passé prend vie, où les ossements d’animaux disparus depuis des millénaires gisent sous vos pieds ! C’est dans l’un de ces sites fossilifères que l’incroyable découverte d’Andreas Pernerstorfer a eu lieu. Préparez-vous à passer dans un monde préhistorique, car vous allez découvrir un trésor caché qui bouleverse le monde de la paléontologie !

Des vestiges d’animaux de l’âge de pierre

Lors de travaux de rénovation dans sa cave à Gobelsburg, en Autriche, Andreas Pernerstorfer a fait une découverte extraordinaire. Des ossements d’animaux datant de l’âge de pierre ! Cette trouvaille fortuite a conduit à une révélation majeure : le site abritait autrefois un campement de mammouths.

Alerté par M. Pernerstorfer, l’Office fédéral des monuments a rapidement dépêché une équipe d’archéologues sur place. Les analyses ont révélé que les ossements appartenaient à plusieurs mammouths. L’équipe suggère une occupation prolongée du site par ces animaux emblématiques de la préhistoire.

À lire La vermifugation de vos animaux de compagnie : voici comment faire et à quelle fréquence

Il rénove sa maison et découvre 3 squelettes d’animaux préhistoriques
Capture Instagram

La présence de vestiges de bijoux, de charbon de bois et d’objets en silex renforce d’ailleurs l’hypothèse d’un campement humain. Ces artefacts, datés entre 30 000 et 40 000 ans, indiquent que les chasseurs-cueilleurs de l’époque cohabitaient avec les mammouths dans cette région.

La découverte de Gobelsburg offre un regard fascinant sur la vie des hommes et des animaux à l’époque glaciaire. La présence de plusieurs squelettes de mammouths suggère que le site était un lieu de chasse. Un endroit où les humains mettaient en œuvre des stratégies élaborées pour capturer ces imposants herbivores.

Des indices révélateurs

L’analyse des ossements découverts dans la cave de Gobelsburg par Andreas Pernerstorfer est en cours. Celle-ci se fait avec les archéologues Hannah Parow-Souchon et Thomas Einwögerer de l’Institut archéologique de l’Académie autrichienne des sciences.

Les archéologues fondent leur hypothèse sur la présence d’une « couche d’os dense » dans la cave. Cette concentration exceptionnelle d’ossements d’animaux est d’ailleurs une première en Autriche pour ce type de découverte. Et une chose est sûre, l’enthousiasme des chercheurs est palpable.

À lire Les animaux sont de plus en plus « intelligents » d’après les scientifiques

Il rénove sa maison et découvre 3 squelettes d’animaux préhistoriques
Capture Instagram

« C’est une opportunité unique pour la recherche », souligne d’ailleurs Hannah Parow-Souchon. En effet, la découverte offre des perspectives inédites pour l’étude des mammouths et de leur environnement en Autriche.

Mme Parow-Souchon souligne également le caractère exceptionnel de cette découverte d’animaux. Cela compte tenu des méthodes de fouille employées dans le passé. « D’autres sites comparatifs en Autriche et dans les pays voisins ont pour la plupart été fouillés il y a au moins 100 ans et ont été en grande partie perdus pour la recherche moderne », déclare-t-elle.

Des énigmes à lever pour les fans d’animaux

La découverte des ossements d’animaux soulève des questions fascinantes sur les techniques de chasse employées par les premiers hommes à l’âge de pierre. Comment ces chasseurs-cueilleurs parvenaient-ils donc à abattre des animaux d’une telle taille et d’une telle force ? Les réponses précises restent à découvrir. Toutefois, il est plausible que les chasseurs de l’époque aient mis en œuvre des stratégies élaborées pour capturer ces imposants mammifères.

L’utilisation d’armes et de pièges perfectionnés, ainsi que la coopération entre plusieurs individus, ont sans doute joué un rôle crucial dans leur succès. Par ailleurs, l’hypothèse la plus probable est que le site de Gobelsburg servait de lieu d’abattage et de boucherie pour les mammouths. La concentration d’ossements sur un même endroit suggère que les animaux y étaient amenés après avoir été tués ailleurs.

À lire Un homme crée l’Arche de Noé pour sauver ses animaux d’un ouragan


Vous aimez cet article ? Partagez !