Apple et Google pressés de supprimer l’application saoudienne qui traque les femmes

Apple et Google pressés de supprimer l’application saoudienne qui traque les femmes

Publié le 13 février 2019 à 19h12

Les défenseurs des droits humains appellent Apple et Google de retirer l’application du gouvernement saoudien Absher de ses plateformes, affirmant qu’elle permet aux hommes saoudiens de suivre les femmes.

Dans une lettre adressée à Tim Cook, PDG d’Apple, et Sundar Pichai Pichai, PDG de Google, lundi, le sénateur Ron Wyden de l’Oregon, premier démocrate de la Commission des finances du Sénat américain, a demandé aux géants de la technologie d’empêcher que leur infrastructure technique et leurs appstores soient utilisés pour permettre « une surveillance et un contrôle odieux des femmes ».
L’application mobile Absher – disponible pour la première fois sur les appareils iOS en 2015 et sur les appareils Android en 2016 – est un portail électronique du gouvernement saoudien où les utilisateurs peuvent accéder à une gamme de services gouvernementaux liés au pèlerinage, aux visas, à l’identification nationale, aux infractions routières et aux assurances santé, selon le ministère de l’intérieur.

Parmi ces services, il y a la possibilité pour les tuteurs masculins de décider si les personnes à leur charge peuvent voyager à l’étranger et les paramètres de leurs plans de voyage.
En Arabie saoudite, en vertu des lois restrictives sur la tutelle, les femmes ne peuvent voyager sans la permission de leur tuteur masculin. Les critiques soutiennent que l’application Absher est une extension technologique des règles répressives qui restreignent de nombreux aspects de la vie quotidienne de la population féminine du pays.

« Il n’est guère nouveau que la monarchie saoudienne cherche à restreindre et réprimer les femmes saoudiennes, mais les entreprises américaines ne devraient pas permettre de faciliter le patriarcat du gouvernement saoudien « , a déclaré M. Wyden dans sa lettre.
« En autorisant l’application dans vos magasins respectifs, vos sociétés permettent aux Saoudiens de contrôler plus facilement les membres de leur famille depuis leur smartphone et de restreindre leurs déplacements. Cela va à l’encontre du type de société que vous prétendez soutenir et défendre, a-t-il dit.

Begum suggère que les sociétés demandent au gouvernement saoudien de supprimer la fonctionnalité de tutelle de l’application. « Apple et Google pourraient avoir plus de contrôle sur n’importe quelle application des services gouvernementaux de toute façon, » dit-elle. « Ils devraient chercher à savoir si ces applications gouvernementales facilitent ou non les violations des droits de l’homme ou encouragent la discrimination dans le pays. »
Il y a eu quelques cas isolés où des femmes saoudiennes ont réussi à utiliser la technologie à leur avantage, a dit Mme Begum. Dans ces cas, quelques femmes ont réussi à obtenir le téléphone de leur tuteur pour se donner la permission de se rendre à l’aéroport avant qu’il ne remarque que quelque chose s’était passé.

Mais M. Begum a souligné que ces cas étaient extrêmement rares, ajoutant que la caractéristique de la tutelle est un autre exemple de la façon dont le gouvernement saoudien a utilisé la technologie moderne pour renforcer les pratiques primitives.
« Ceci (app) n’est pas inhabituel pour l’Arabie Saoudite. Ils utilisent la technologie moderne pour imposer des règles archaïques et discriminatoires. Ils sont très intéressés par l’utilisation des technologies modernes, mais ils ne cherchent pas à moderniser leurs systèmes actuels, qui consistent à s’éloigner des pratiques incroyablement discriminatoires, et des pratiques incroyablement dégradantes aussi.
Tariq bin Abdullah Al-Sheddi, directeur du Centre national d’information de l’Arabie saoudite, a déclaré en 2016 que  » l’objectif principal du développement de l’application Absher pour les dispositifs intelligents est d’élever le niveau de service, en plus d’exploiter le potentiel des dispositifs intelligents pour fournir de nouveaux services à valeur ajoutée, car les applications intelligentes sont la future plate-forme pour la mise en œuvre des e-services « . Le nombre d’utilisateurs enregistrés a dépassé 6 millions en 2016, a-t-il dit.