Diane Leyre (Miss France) débute son sacre avec des déclarations choc !

Nouvellement sacrée Miss France 2022, Diane Leyre s’invite déjà au sein d’une polémique. Cette nouvelle reine de beauté n’a pas la langue dans sa poche.

© TF1

Samedi 11 décembre, Diane Leyre a décroché la couronne de Miss France 2022. Et déjà, elle a lâché des propos sur le féminisme qui en ont choqué certains. On vous dit tout !

Diane Leyre n’a jamais voulu devenir mannequin. Ce qui l’anime, c’est de défendre de grandes causes. « Je n’ai jamais voulu faire de mannequinat parce que l’image figée de me convient pas« , lâchait ainsi Diane Leyre, avant le concours, à nos confrères de TV Mag. « J’ai besoin de faire passer des messages. Je me suis dit que le monde des Miss me convenait peut-être mieux. C’était ma dernière année pour participer et, comme je suis quelqu’un qui n’aime pas avoir de regret, j’ai envoyé ma candidature. », poursuivait en effet la jeune femme. Diane Leyre se voit plutôt comme une « femme de challenge ».

Élisabeth Moreno : Les règles du concours « complétement has been »

Diane Leyre a la langue bien pendue ! Dès le début de son sacre, elle a mis les pieds dans le plat au sujet de la place des femmes. En effet, cela fait plusieurs semaines que le concours des Miss est dans le viseur des féministes. Ce concours de beauté nuirait en effet à l’image des femmes. Même la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Élisabeth Moreno, n’a pas mâché ses mots sur le sujet. En octobre dernier, elle qualifait les règles du concours de « complétement has been ».

Vendredi 10 décembre, Élisabeth Moreno a accordé une interview à nos confrères de Ouest-France. Pour elle, les règles de ce concours sont « dépassées« . C’est ainsi qu’elle travaille avec Alexia Laroche-Joubert, directrice de la société Miss France, pour “faire bouger les choses« . « Ce que je remets en question, ce sont les règles qui peuvent être discriminantes. Elle a montré la volonté de faire évoluer certaines de ces règles. Et je salue cette volonté », a ainsi expliqué la ministre, qui a reçu Alexia Laroche-Joubert au ministère en novembre.

Diane Leyre : « Pour moi, le féminisme c’est de décider de faire ce que je veux.« 

« On a notamment parlé du fait qu’une femme veuve ou une femme qui est déjà mère ne puisse pas postuler, a précisé en effet la ministre. Et d’ajouter : “Les miss, ce n’est plus ce temps passé où c’était : « Soit belle et tais-toi ». Les femmes ont très peu de visibilité dans notre pays. Je sais que Miss France a été un moyen pour beaucoup de femmes de s’émanciper, d’être connue, de pouvoir créer leur entreprise, leur association. Ça, il faut le favoriser”, conclut-elle ainsi.

Mais Diane Leyre n’est pas de cet avis. D’après la principale intéressée, la règle du célibat serait là « pour protéger la Miss France. Imaginons si j’étais Miss Tahiti, je m’installe en métropole. Pendant un an je ne vois plus mon mari, je ne vois plus mes enfants, c’est difficile », a-t-elle ainsi fait savoir à BFMTV. « Et imaginons qu’il y ait un divorce qui se mette en place, cela veut dire que votre divorce est médiatisé par toute la presse. Un divorce c’est déjà suffisamment dur, si en plus tout le monde le met en avant… », poursuit ainsi Miss France 2022. « Ces règles-là sont mises en place parce que c’est incompatible » avec l’année « chargée » qui l’attend, d’après elle.

« J’ai envie de dire stop au racisme et à l’homophobie.« 

Face aux critiques, Diane Leyre n’a donc pas mâché ses mots : « On peut être Miss France et féministe« , a-t-elle affirmé lors de son couronnement. « Pour moi, le féminisme c’est de décider de faire ce que je veux.« , a-t-elle encore insisté auprès des journalistes présent lors de son sacre.

Ce dimanche 12 décembre, la jeune femme de 24 ans en a remis une couche sur les ondes de France Info.« Miss France n’est pas antiféministe. Nous, les 29 candidats, on s’est senti plus féministes que jamais. On n’a jamais eu autant de pouvoir de notre vie. Monter sur scène, prendre le micro, tenir des discours, il faut oser faire ça. J’ai été très fière des 15 candidates qui ont été à mes côtés et ont tenu des discours plus beaux les uns que les autres. », a-t-elle en effet ajouté. C’est un point du vue qui est pourtant de moins en moins partagé par la population. En tous cas, Diane Leyre a une cause qui lui tient à cœur : le vivre-ensemble. « Ma région est multiculturelle, à l’aube de 2022, j’ai envie de dire stop au racisme et à l’homophobie. » Quelles seront ses actions en la matière ? A suivre !