Plus de 60 chiens secourus de l’enfer des abattoirs au Vietnam, un sauvetage bouleversant

Les chiens étaient gardés dans des porcheries adaptées et engraissés avant d'être abattus pour approvisionner le marché cruel.

L’un des piliers du marché de la viande de chien en Asie est le Vietnam. En effet, dans ce pays, la consommation de chiens est légale. De plus, le chien est un mets délicat dans certaines régions du pays. Le Vietnam est le deuxième pays consommateur de viande de chien et de chat après la Chine. Aussi, selon les estimations d’organisations non gouvernementales au Vietnam, un million de chiens sont morts chaque année pour leur viande.

Cependant, la pétition du Premier ministre Pham Minh Chin exhorte les autorités locales à prendre des mesures plus strictes pour prévenir et contrôler la rage en réponse à l’augmentation de cette maladie au cours des derniers mois.

Cette maladie est principalement causée par des morsures de chien. Aussi, elle a donné des munitions aux associations de protection des animaux pour mettre un terme au commerce de la viande de chien.

À lire Les véritables raisons pour lesquelles les chiens hurlent soudainement

En effet, les groupes de protection des animaux et d’autres soutiennent que le commerce sape les efforts de contrôle de la rage. Il détourne effectivement les chiens vaccinés de la population et supprime un obstacle à la propagation de la maladie.

Plus de 60 chiens secourus de l’enfer des abattoirs au Vietnam

Une organisation à but non lucratif de protection des animaux, a récemment sauvé 68 chiens de deux abattoirs. L’un des abattoirs appartenait à Nguyen Pham Dung, un résident thaïlandais de 52 ans, qui dirigeait sa ferme depuis sept ans.

Plus de 60 chiens secourus de l’enfer des abattoirs au Vietnam, un sauvetage bouleversant
Capture Facebook

Cet homme s’est lancé dans l’entreprise en raison du coût initial de création d’une ferme par rapport aux porcs, aux poulets ou aux vaches et du retour sur investissement relativement élevé. De plus, cela ne nécessite pas non plus de compétences ou de connaissances techniques particulières.

Il gardait alors ses chiens dans de petites cages. Aussi, il les nourrissait avec de la nourriture pour porcs ou des restes de nourriture pour les engraisser. Puis, les vendre aux bouchers.

À lire Ces 2 chiens rencontrent leurs héros au parc Disney, leur réaction totalement inattendue

Mais les répercussions sur la santé mentale de l’envoi à l’abattoir des chiens ont fini par avoir des conséquences néfastes sur cet homme. Tout comme les craintes d’exposer sa famille au risque de contracter la rage.

« Pour maximiser mes profits, je n’ai jamais vacciné mes animaux »

Cet homme s’est désormais tourné vers la culture de haricots et de pommes de terre au lieu de chiens, même s’il ne gagne pas beaucoup.

« Ce n’est probablement pas aussi ambitieux que de gérer une ferme canine. Cependant, personnellement, je me sens à l’aise maintenant que je n’ai plus ce métier. »

Une autre personne qui ne trouve plus que le commerce de la viande de chien fonctionne :

Tran Le Hau est le propriétaire de l’autre abattoir. Il a alors déclaré qu’il envisageait d’ouvrir un magasin de fournitures agricoles pour les cultures. Lorsqu’il a démarré son entreprise il y a trois ans, il s’attendait à ce que ce soit une activité « rentable ».

À lire Ces races de chiens créent les liens les plus profonds avec leurs maîtres, ils sont prêts à tout pour eux

Plus de 60 chiens secourus de l’enfer des abattoirs au Vietnam, un sauvetage bouleversant
Capture Facebook

Il ne souhaite cependant plus « continuer à s’impliquer dans le commerce de la viande de chien ».

La grande majorité des chiens tués par le marché de la viande étaient autrefois des animaux de compagnie ou des animaux errants. Tandis que certains d’entre eux arrivent clandestinement dans des camions et des bus en provenance de pays voisins comme le Cambodge.

Plus de 60 chiens secourus de l’enfer des abattoirs au Vietnam, un sauvetage bouleversant
Capture Facebook

Heureusement, les autorités ont pris en charge ces chiens. Aussi, ils seront bientôt vaccinés contre la rage et recevront des soins médicaux pour assurer une bonne rééducation.

Ainsi, ils seront disponibles pour une adoption locale.


Vous aimez cet article ? Partagez !