Vacances de la Toussaint : les congés pourraient-ils accélérer l’épidémie et aggraver la situation ?

C’est sans doute l’une des plus grandes craintes des Français, car les vacances de la Toussaint pourraient-elles gâcher Noël ?

Après les vacances de l’été, nous avons pu constater une hausse des contaminations, mais avec les vacances de la Toussaint, alors que la situation est déjà très problématique, le contexte pourrait-il être pire ? Il faut savoir que le brassage de la population n’est jamais très bénéfique puisque les habitants des zones touchées par l’alerte rouge par exemple peuvent favoriser la circulation du virus dans d’autres villes. Le gouvernement ne cesse de rappeler que les rassemblements privés et les fêtes en famille sont problématiques puisque la vigilance baisse.

Des vacances de la Toussaint avec un masque

Jean Castex et même Emmanuel Macron n’ont cessé de répéter qu’il fallait porter le masque même dans un cadre familial. Avant de passer à table par exemple, ce moyen de protection doit être au rendez-vous, il faut éviter les embrassades et les contacts. Il n’est pas « interdit » de circuler en France ou de se réunir, voire de partir en vacances pendant la Toussaint, mais la vigilance est de mise.

  • Tous les intervenants liés au gouvernement demandent aux Français de se protéger le plus possible.
  • Selon un épidémiologiste dont les propos ont été repris par 20 minutes, les vacances ne pourraient pas favoriser la propagation du virus.
  • Pour Pascal Crépey, le problème ne se pose pas puisque le coronavirus est réellement partout en France.

Il faudrait toutefois une exposition beaucoup plus longue et massive pour que la situation s’aggrave réellement. Les vacances de la Toussaint ne pourraient donc pas être aussi néfastes que cela.

Des effets positifs liés aux vacances de la Toussaint

Lors de son entretien, Emmanuel Macron a admis à demi-mot que les vacances pourraient être bénéfiques afin de soulager certaines villes. Il avait notamment acquiescé lorsque Gilles Boulleau avait évoqué cette éventualité. Le journal partage l’avis du docteur Jérôme Marty et nous apprenons que des effets positifs pourraient être au rendez-vous. Si les Français sont invités à partir dans une autre région, ils pourraient aussi accroître leur vigilance, ce qui serait bénéfique puisque la propagation du virus pourrait être réduite. Toutefois, les citoyens ne seront pas nombreux à plier bagage, puisque le sondage Opinion Way révèle qu’ils seront seulement 14 % à partir.

De plus, les fermetures sont nombreuses notamment avec les universités et les écoles. Cela pourrait alors freiner en partie la propagation du virus sur le territoire français. À quelques semaines des fêtes de Noël, les Français ont une grande crainte : celle de se retrouver confinés chez eux. Pour l’instant, cela ne semble pas être au rendez-vous.