Un couvre-feu pour les français, mais d’où vient ce terme utilisé pour parler d’une interdiction de sortie ?

Après le confinement, les français vont vivre une nouvelle restriction avec un couvre-feu. L’année 2020 nous réserve encore son lot de surprises.

Les français ne sont pas au bout de leur peine avec le coronavirus. S’il s’est concentré pendant plusieurs semaines en Chine, ce nouveau virus venu de loin a traversé le globe et est logiquement arrivé jusqu’en France, où il a fait plus de 32 000 morts. En mars, et face à la crise sanitaire aussi inédite que spectaculaire, Emmanuel Macron s’est adressé aux français pour leur annoncer qu’ils allaient devoir se confiner, afin que cet ennemi invisible se retrouve impuissant. Et après plusieurs semaines de confinement, les citoyens ont pu retrouver une vie presque normale, avec la réouverture progressive des bars, restaurants, cinémas, salles de sport…

Une deuxième vague redoutée… que nous vivons déjà !

Alors que les hommes politiques se refusaient à parler de deuxième vague, ils ont enfin évoqué ce terme en expliquant que nous vivions actuellement ce que nous redoutions. Les grosses chaleurs de l’été n’ont en rien diminué le virus qui s’est montré toujours très actif sur le territoire français, continuant à contaminer des milliers de personnes chaque jour. Si par chance la grande majorité des personnes infectées s’en sortent indemnes, certaines se retrouvent à l’hôpital, ou s’en sortent avec des conséquences parfois handicapantes, quelles soit pulmonaires ou même cérébrales. Les plus de 65 ans sont encore aujourd’hui les cibles du virus et, pour les protéger, le gouvernement a rendu obligatoire le port du masque dans les lieux publics, qu’ils soient clos ou ouverts, dans la plupart des grandes villes de France.

View this post on Instagram

Incredibly cute 😍

A post shared by 💕 Emmanuel Macron Fanpage 💕 (@macroncestmapoule) on

La solution du couvre-feu !

Pour éviter un deuxième confinement, la solution semble se trouver dans le couvre-feu. « Une idée pertinente » selon Emmanuel Macron. Mais qu’est-ce qu’un couvre-feu exactement ? Il s’agit d’une interdiction de sortir après une heure donnée (entre 21h et 6h du matin pour ce couvre-feu du coronavirus).

Pas exactement comme le confinement donc, même si on s’en rapproche. Et les français ont déjà vécu des confinements par le passé. Il n’y a pas si longtemps, sur l’île de la Réunion, un couvre-feu partiel a été mis en place en 2018 pour palier aux violences liées aux mouvements de gilets jaunes. Il faut remonter cependant à 1943, en France, pour voir un couvre-feu qui demande aux citoyens de ne pas sortir de chez eux. A cette époque, c’était entre 23 heures et 6 heures du matin. C’est l’armée de IIIème Reich qui a mis cela en place pour limiter les rassemblements et, par conséquent, les formes d’insurrection de la part du peuple.

Mais si nous utilisons tous cette expression de couvre-feu et que nous savons de quoi il s’agit, la plupart d’entre nous ignore d’où il vient. Restez avec nous, on vous dit sur l’origine de cette expression !

Un terme qui date du Moyen-Âge !

Comme beaucoup d’expressions ou termes que nous employons aujourd’hui, il faut remonter plusieurs siècles en arrière pour trouver l’origine de leur création. A cette époque – nous nous trouvons dans les années 1100 et 1200 – le chauffage électrique ou au gaz n’existait évidemment pas. Le feu était alors la seule source de chaleur pour les citoyens qui avaient l’habitude de le laisser allumer pendant la nuit. Vous voyez les catastrophes arriver ? Vous avez raison. Des villes comme Chartres ou Rouen ont été ravagées par les flammes. 

Pour que ces catastrophes ne surviennent plus, on imposait à la population d’éteindre donc les feux dans les habitations. La nuit se fait sans doute plus fraîche, mais on se réveille en vie ! Ainsi, à partir de XIIIème siècle, un cloche sonnait dès que le soleil terminait sa course pour annoncer à la population qu’il était temps d’éteindre le feu, ou plus précisément, de couvrir les flammes (grâce à des couvercles en fonte). Logiquement, les nuit se font plus sombres, et la population les déserte, de peur de se faire assassiner ou dépouiller. Petit à petit, le terme a évolué, et a repris cette idée de rue déserte. 

Un couvre-feu (tel que nous le connaissons) pour des mesures sanitaires, c’est en tout cas inédit sur le territoire français. Comme quoi, cette année 2020 avec cette épidémie de coronavirus s’inscrit d’autant plus dans l’Histoire et la marque d’une empreinte indélébile.