Que nous apprend la première photo détaillée de New Horizons ?

D’une cacahuète pixelisée à un bonhomme de neige. En l’espace de 24 heures, Ultima Thule est passé par toutes les formes. Le corps céleste le plus lointain et sans doute le plus ancien jamais observé par une sonde a commencé à révéler ses secrets au fil des données transmises par New Horizons.

Mardi 1er janvier, la sonde de la Nasa a survolé Ultima Thule, situé à quelque 6,4 milliards de kilomètres de la Terre, dans l’espoir d’en apprendre plus sur la formation des planètes. Les images et les données collectées lors de l’opération, au nombre de plusieurs centaines, ont commencé à parvenir aux scientifiques de la Nasa.

Une première photo de l’astéroïde a été publiée par l’agence spatiale américaine mardi. Capturée lors de la phase d’approche, le 31 décembre au soir, elle dévoilait un objet pixelisé de petite taille (une trentaine de kilomètres de longueur pour quinze de large) semblant avoir une forme de quille de bowling ou de cacahuète. La Nasa n’excluait alors pas que l’astéroïde soit en fait constitué de deux objets en orbite chacun autour de l’autre.

¿First image of #UltimaThule! ¿At left is a composite of two images taken by @NASANewHorizons, which provides the best indication of Ultima Thule’s size and shape so far (artist’s impression on right). More photos to come on Jan 2nd! https://t.co/m9ys0VhmLA pic.twitter.com/qZu0KL8uJB

— Johns Hopkins APL (@JHUAPL) January 1, 2019

Un bonhomme de neige constitué de deux blocs

Une image plus nette a été rendue publique mercredi 2 janvier. D’une résolution de 140 mètres par pixel, elle donne à voir un corps céleste formé de deux sphères en forme de bonhomme de neige. Elle confirme que la cacahuète pixelisée de la veille est en fait l’assemblage de deux sphères glacées distinctes.

À l’origine, il y a 4,5 milliards d’années, il n’y avait qu’un agglomérat de cailloux glacés dont ont émergé deux corps plus importants, formés par accrétion, Ultima et Thule. Les deux blocs se sont ensuite lentement tournés autour jusqu’à se toucher à une très faible vitesse pour finalement se coller et reposer l’un sur l’autre, unis par les lois de la gravité.

La faible vitesse de rotation de l’astre, qui mesure 31 kilomètres de longueur et tourne sur lui-même en environ 15 heures, n’a a priori aucune chance de les désolidariser. Grâce aux images en couleur, les scientifiques ont également acquis la certitude qu’Ultima Thule est rouge, probablement du fait de l’irradiation des glaces.

À six milliards et demi de kilomètres du Soleil flotte l’astéroïde Ultima Thule
Crédit : AFP PHOTO / NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Research Institute

« Une machine à voyager dans le temps »

La genèse de cet étonnant attelage né à l’aube du système solaire est une découverte astronomique majeure pour la Nasa et le laboratoire de physique appliquée de l’université Johns-Hopkins qui conduisent la mission. « New Horizons est comme une machine à voyager dans le temps, elle nous ramène à la naissance du système solaire. Nous observons une représentation physique du début de la formation des planètes, comme figée dans le temps », s’est enthousiasmé Alan Stern, mercredi.

De nouvelles informations en provenance de New Horizons sont attendues dans les prochaines heures. Ces photos sont les premières d’une longue série à venir. Il faudra une vingtaine de mois pour récupérer l’ensemble des images capturées par la sonde. Une description complète d’Ultima Thule doit être publiée dans les prochains jours. Les scientifiques devraient en dire plus sur sa composition et son atmosphère. 

La rédaction vous recommande

Lire la suite