La grossesse psychologique chez les chiennes : qu’est-ce que c’est ?

La grossesse psychologique se produit lorsqu'une chienne après l'œstrus se comporte comme si elle était enceinte, mais ne l'est pas réellement.

© La grossesse psychologique chez les chiennes : qu'est-ce que c'est ?

On parle de grossesse psychologique chez la chienne lorsque l’animal présente les signes et symptômes d’une véritable grossesse sans que la chienne soit enceinte, après un fort déséquilibre hormonal à la fin d’une de ses périodes d’œstrus. Quelle en est la raison ? Elle se produit lorsque les chiennes ont des niveaux d’hormones erronés ou incorrects.

Qu’est-ce que la grossesse psychologique et comment se produit-elle ?

La grossesse psychologique est un trouble hormonal, psychologique et par conséquent physique, qui se produit en raison de la présence de corps jaunes en développement dans les ovaires après l’œstrus.

Chez les chiennes non gestantes, il n’existe pas de mécanisme de lyse de ces corps jaunes, la diminution de la progestérone est donc plus progressive et peut conduire à une pseudo-gestation. Les symptômes apparaissent entre six et douze semaines après l’œstrus, qui est la période d’œstrus réceptif (c’est-à-dire pendant l’œstrus).

À lire Voici les 3 conseils d’experts pour garder son chien en parfaite santé !

Symptômes d’une grossesse psychologique chez une chienne

Une chienne atteinte de ce trouble présentera l’image typique d’une chienne enceinte, comme si elle était en état de gestation. Ainsi, les symptômes que l’on peut détecter chez elle sont les suivants :

  • Prise de poids. Hypertrophie des glandes mammaires et œdème.
  • Parfois, les tétines deviennent dures et douloureuses (mastite).
  • Sécrétion lactée brunâtre/blanchâtre.
  • Préparation d’un nid comme si elle allait donner naissance.
  • Adoption de jouets, d’animaux en peluche ou de tout objet comme s’il s’agissait d’un chiot.
  • Agressivité, surtout envers quiconque tente de lui prendre son jouet.
  • Perte d’appétit, bien que celui-ci puisse également être augmenté.
  • Fatigue, le chien ne veut pas aller se promener.
  • Changements de comportement, l’agitation, la nervosité et l’anxiété étant fréquentes.
Source : Capture Instagram

La mastite comme symptôme de la grossesse psychologique

Un durcissement des glandes mammaires peut survenir à la suite d’une grossesse psychologique. C’est un symptôme qui doit être traité par un vétérinaire. Elle est provoquée par l’accumulation de lait et entraîne une dilatation des glandes mammaires, un gonflement et un œdème, une douleur et une chaleur.

Chez les chiennes psychologiquement enceintes, elle est due à l’absence de chiots pouvant se nourrir du lait, et une infection bactérienne ascendante peut se produire, éventuellement facilitée par l’état de stress et l’immunosuppression qui en découle.

Cela peut être facilité par le fait que ces chiennes auront un instinct maternel très développé, ce qui les amène à lécher fréquemment leurs mamelles. Cela les stimule, de sorte que davantage de lait est produit, ce qui aggrave le problème.

À lire Comment savoir si votre chien a la queue cassée et comment réagir ?

Quel est le traitement de la grossesse psychologique ?

Tout d’abord, avant d’envisager un traitement, il est nécessaire pour le vétérinaire de vérifier que la chienne n’est pas réellement enceinte. Une fois la grossesse exclue, dans certains cas de grossesse psychologique, aucun traitement n’est nécessaire.

Cette affection disparaît parfois spontanément en quelques semaines. Cependant, si la chienne présente des symptômes sévères suite à une grossesse psychologique, le vétérinaire peut prescrire un traitement à base d’hormones lutéolytiques ou d’inhibiteurs de lait.

La stérilisation comme solution

Comme il est fréquent qu’elles souffrent de grossesses psychologiques récurrentes suite à une jalousie, il est de notre responsabilité de les prévenir. La solution est la stérilisation, comme mentionnée ci-dessus, qui implique l’ablation de l’utérus et des ovaires.

Cette intervention, qui est possible et recommandée avant ou après les premières chaleurs, permet d’éviter des troubles tels que les grossesses psychologiques, les tumeurs mammaires, les infections utérines et, bien sûr, la reproduction. Il s’agit d’une opération de routine, que de nombreux vétérinaires ont l’habitude de pratiquer.

À lire Après 7 ans dans un refuge, ce chien âgé profite enfin d’une belle promenade

Si vous souhaitez lire plus d’articles semblables à celui-ci, nous vous recommandons de consulter notre catégorie Animaux.