Vidéo bouleversante: Une chienne a été enterrée vivante parce qu’elle était considérée comme une « nuisance »

Lily est une chienne au passé très difficile. Un directeur d'école a essayé de se débarrasser d'elle en l'enterrant vivante parce qu'il la considérait comme une nuisance. Cependant, des personnes au grand cœur l'ont sauvée et elle reçoit maintenant beaucoup d'amour dans son nouveau foyer.

© Mdzananda Animal Clinic

Manono Makhaphela, le directeur d’une école de Tennis dans la banlieue de Khayelitsha au Cap, en Afrique du Sud, a décidé qu’une chienne sans défense aux pattes paralysées devait être enterrée vivante, car, selon lui, elle était une véritable « nuisance ».

Lily aboyait pour se nourrir dans la cour de récréation de l’école. Manono a donc jugé nécessaire de se débarrasser de ce supposé problème de la pire des manières.

Heureusement, l’un des gardiens, Bukelwa Mbulawa, a décidé de contacter la clinique vétérinaire de Mdzanada pour signaler l’incident et sauver sa vie.

Lily
© Mdzananda Animal Clinic

Une chienne handicapée est enterrée vivante

Il a fallu environ 20 minutes aux sauveteurs pour atteindre Lily, qui a été retrouvée enterrée à environ 1,5 mètre de profondeur sur les courts de tennis de l’école. Elle a été emmenée dans une clinique vétérinaire où, heureusement, elle n’a pas été gravement blessée. Ils ont également découvert que la paralysie de ses pattes arrière était due à une blessure à la colonne vertébrale qu’elle avait subie dans le passé.

L’autorité nationale chargée des poursuites a délivré à Manono une citation à comparaître devant le tribunal de première instance de Khayelitsha et la directrice de projet de la clinique, Jane Levinson, a témoigné contre lui.

chienne
© Mdzananda Animal Clinic

Manono a été reconnu coupable de négligence, de torture et de cruauté envers un animal causant des dommages inutiles. Il a reçu une amende colossale, dont la moitié a été suspendue pendant cinq ans à condition qu’il mette en œuvre un programme de sensibilisation à la protection des animaux à l’école.

Cet article pourrait vous plaire :  Une chienne pitbull reste fidèle et ne quitte pas son maître blessé pour que personne ne lui fasse de mal

Marcelle du Plessis, responsable de la collecte de fonds et des communications à la clinique vétérinaire de Mdzananda, a déclaré :

« Nous sommes reconnaissants à l’autorité ministérielle d’avoir pris cette mesure et nous ne pouvons qu’espérer que M. Makhaphela s’exécute à ses nouvelles obligations. Il devra envoyer un rapport d’activité à la clinique vétérinaire de Mdzananda tous les six mois pendant cinq ans, en fonction de l’avancement de son programme éducatif. « 

© Mdzananda Animal Clinic

« Nous espérons que c’est le début de la justice pour Lily, mais nous sommes très conscients que nous devons garder un œil sur M. Makhaphela. Nous continuerons à nous battre pour que justice soit rendue à Lily, peu importe le nombre d’années que cela prendra. Il ne s’agit pas seulement d’un chien, mais de créer un précédent pour les futurs cas de cruauté envers les animaux. »

Pendant ce temps, Poto Mfengu et Mkhumbuzi Ncedana, qui étaient les responsables de l’enterrement du chien vivant, ont reçu l’ordre de travailler à la clinique vétérinaire de Mdzananda pendant 150 heures de service communautaire après avoir été accusés de maltraitance animale.

Cet article pourrait vous plaire :  Vidéo: Une chienne ne voulait voir personne, elle était traumatisée, mais maintenant elle est totalement transformée
chienne
© IFAW

Mfengu a justifié ses actions en disant « J’étais désespéré pour garder mon emploi ».

La vie de Lily n’a pas été facile, elle a passé une grande partie de sa vie seule dans les rues, incapable de se déplacer correctement, et a été enterrée vivante, mais la bonne nouvelle est qu’elle a suivi un traitement et est devenue progressivement plus forte au point de pouvoir à nouveau utiliser ses pattes arrière.

Elle a réussi à trouver une famille avec Helen Walne, la journaliste qui a couvert son histoire. Cette femme lui donne tout l’amour qu’elle mérite. Plusieurs années se sont écoulées depuis et Lily est « heureuse et en bonne santé dans son foyer pour toujours ».

ami
© IFAW

Elle est une véritable source d’inspiration pour beaucoup. Lisa Cant-Haylett, chargée de campagne de l’IFAW, a déclaré dans un communiqué de presse :

« Cette histoire est tragique et aussi horrible soit-elle, sans accès à la protection des animaux, c’est le genre de mesures désespérées auxquelles les gens ont recours lorsqu’ils n’ont nulle part où aller pour trouver de l’aide. Nous avons besoin de plus de soutien pour les initiatives de bien-être animal et d’éducation humaine dans nos municipalités et nos écoles, et nous avons besoin que le gouvernement et les législateurs accordent plus d’attention à ces questions ».