Une étude révèle les avantages d’avoir un chien chez les personnes âgées

Les résultats d'une étude d'observation menée auprès de personnes âgées au Japon suggèrent que l'activité physique et sociale liée à la possession d'un chien prévient le développement de déficiences physiques à un âge avancé.

© SSTOCK

Une enquête menée auprès de plus de 11 000 personnes âgées au Japon suggère que celles qui possèdent un chien courent moins de risques de développer des handicaps physiques que celles qui n’en ont jamais eu, selon les conclusions d’une étude publiée dans la revue PLoS ONE.

Des recherches antérieures avaient déjà établi un lien entre un risque plus faible de fragilité – et donc de problèmes moteurs futurs – chez les personnes âgées au Japon si elles possédaient un chien, un lien expliqué par les niveaux élevés d’activité physique et sociale qu’implique le partage de la vie avec un canidé.

Pour mieux comprendre la relation entre ces deux variables, l’équipe du chercheur Yu Taniguchi de l’Institut d’études environnementales de Tsukuba, au Japon, a fait passer des questionnaires à 11 233 Japonais âgés de 65 à 84 ans pour évaluer s’ils possédaient un chien ou un chat, et recueillir des variables sanitaires et démographiques entre juin 2016 et janvier 2020.

Chien: Risque plus faible

Les chercheurs ont conclu que, sur la durée de l’étude, les personnes âgées possédant un chien avaient deux fois moins de risques de développer une forme de handicap physique que celles qui n’avaient jamais possédé de chien.

« Cette relation s’est maintenue même après avoir pris en compte d’autres facteurs sociodémographiques et de santé, tels que l’état civil, les antécédents de maladies chroniques et le temps passé à l’extérieur », notent les auteurs.

chien
Milan De Clercq / Unsplash

En revanche, l’équipe a constaté que le fait de posséder un chat n’avait pas d’incidence sur le développement d’un handicap moteur et que le fait de vivre avec un chien ou un chat n’entraînait pas une baisse de la mortalité toutes causes confondues.

« Cette étude suggère que la possession d’un chien peut protéger les personnes âgées contre les handicaps physiques si elle est associée à l’exercice physique, guidant ainsi les efforts visant à promouvoir un vieillissement réussi », explique Taniguchi à SINC.

« Pendant la phase la plus difficile de l’enfermement, promener un chien peut avoir été particulièrement utile aux personnes âgées pour éviter les problèmes physiques résultant des restrictions de mobilité », ajoute le chercheur.

Les recherches futures pourraient étudier les mécanismes physiques ou psychologiques par lesquels la possession d’un chien apporte des avantages, ainsi qu’examiner la relation entre la compagnie d’un chien et le risque d’invalidité dans d’autres pays, bien que, selon Taniguchi, les résultats de ces travaux puissent être extrapolés en dehors du Japon.

« Le fait de posséder un chien protège contre l’apparition d’un handicap chez les personnes âgées, et les soins quotidiens, la compagnie et l’exercice qu’implique le fait de s’occuper de l’animal jouent un rôle important dans le processus de vieillissement », conclut M. Taniguchi.

Si vous aimez les animaux, n’oubliez pas de partager nos articles avec vos amis.

©️ Rédaction Tekpolis toute reproduction de nos articles sans notre accord sera signalée à Google et Facebook