Un homme sauve un ours orphelin qui était sur le point d’être euthanasié

Ce pauvre petit ourson devait être euthanasié.

© Capture Facebook

Un bébé ours a eu une chance de vivre grâce à une personne qui est apparue sur son chemin juste à temps et a fait tout son possible pour le sauver. La vie tranquille et normale de Nikolay Vasilievich Terletsky a changé le matin où il a trouvé un bébé ours dans une forêt attenante à sa maison en Biélorussie.

L’animal était affamé et en très mauvais état, il s’était éloigné de sa mère et Nikolay avait beau essayer de la chercher, il ne la trouvait pas. Nikolay vit à Borisov et possède une ferme appelée « Kolyanich« , qu’il gère avec ses enfants, ainsi qu’un complexe de chalets qu’il loue aux touristes et aux pêcheurs.

Le matin où l’ours est apparu, un de ses ouvriers l’a informé qu’il avait trouvé un ours en peluche et Nikolay a pensé qu’il s’agissait d’une blague. L’animal était très faible et n’avait pas mangé depuis des jours, alors Nikolay a décidé de faire appel aux spécialistes. L’homme n’imaginait pas qu’il serait celui qui devrait assumer la responsabilité du petit ours.

ours
© Facebook

Un homme sauve un ours orphelin qui était sur le point d’être euthanasié

Nikolay raconte ainsi :

« J’ai appelé le personnel de la faune et les rangers que je connaissais. J’étais sûr qu’ils trouveraient la mère dans la région. Cependant, elle n’a pas été localisée »

Nikolay a également contacté un zoo, mais ils ont expliqué qu’ils ne pouvaient pas le garder à ce moment-là. Pour cette raison, le Biélorusse a appelé les services d’urgence pour s’occuper de l’affaire. Ce qu’il n’avait jamais imaginé, c’est la solution qu’ils allaient lui apporter.

L’homme a raconté :

« Ils sont venus avec une cage pour l’abattre ».

ours
© Facebook

Pour des raisons évidentes, l’homme a immédiatement écarté cette possibilité et a refusé de la remettre. Le personnel lui a alors suggéré de le laisser à l’endroit même où il l’avait trouvé, mais il savait que l’ours risquait alors de mourir de faim.

À ce moment-là, Nikolay n’a vu d’autre issue que d’adopter l’ours ; c’est donc lui qui s’en occuperait et le nourrirait. Comme la détention de tels animaux est illégale, le ministère de la Faune a signé un document l’autorisant à garder l’ours à condition qu’il lui construise un environnement adapté.

À l’époque, Nikolay s’était engagé à élever l’ours qu’il avait nommé Vasilisa.

Après un examen vétérinaire, il a été déterminé que ce bébé n’avait que 3 mois et avait besoin de soins spéciaux. Mais rien de tout cela n’était un problème pour cet homme.

La vie du fermier a changé ce mois d’avril lorsque l’ours est apparu sur sa propriété. Pour lui, il est comme son bébé et, comme l’ours grandit, il espère lui construire un espace plus adapté où il pourra vivre pleinement.

homme
© Facebook

Nikolay ajoute :

« Mon rêve est de clôturer un morceau de forêt et d’aménager un espace pour qu’il puisse rester ici, dans la nature (…) tant que je ne verrai pas de mes propres yeux où il vivra, je ne l’abandonnerai pas. »

Nikolay mérite le respect de tous pour avoir tenu tête aux règlements et avoir parié sur la vie. Cet ours aurait pu être euthanasié, mais la bonne volonté et l’amour de cet homme l’ont emporté.

Il s’est occupé de l’ours depuis qu’il était un ourson et cela fait maintenant deux ans que leur amitié et leur lien se sont renforcés. Pour le Biélorusse, l’ours est plus qu’un simple animal dont il s’occupe, il fait partie de sa famille et il a fait tout son possible pour lui assurer une vie de qualité.

Il rêve qu’il puisse s’épanouir sur sa propre terre, à l’abri des chasseurs, mais il ne sait pas si la loi l’y autorisera. Nikolay a dû faire face à certaines revendications de la part de voisins qui ne sont pas d’accord avec la présence de l’ours sur le site, alors que la forêt abrite des dizaines d’ours bruns.

point
© Facebook