Ne mélangez jamais ces médicaments pour la tension artérielle avec de l’ibuprofène : la nouvelle alerte médicale

Bien que l'utilisation de l'ibuprofène, ainsi que du paracétamol, soit excessivement courante dans la population générale

© Elespanol

Elle n’est pas sans risque. En fait, c’est plutôt le contraire, car il a été démontré que les deux médicaments sont dangereux s’ils sont mal utilisés.

Le cas de l’ibuprofène est particulièrement frappant, étant donné que sa consommation, même à des doses sûres, peut causer de graves dommages si la personne qui le prend souffre déjà d’une maladie antérieure ou y est simplement plus sensible. Celles-ci vont des ulcères gastriques et des saignements gastro-intestinaux aux lésions rénales, et même à l’augmentation du risque cardiovasculaire.

Aussi, une étude publiée dans Mathematical Biosciences est allée plus loin et a identifié les combinaisons d’autres médicaments avec l’ibuprofène qui pourraient aggraver la situation.

Pour commencer, il convient de rappeler que l’utilisation de l’ibuprofène est déconseillée, voire contre-indiquée, chez certains patients, comme les personnes souffrant d’hypertension, de maladies cardiovasculaires ou cérébrovasculaires ou de tout type de maladie rénale.

D’un autre côté, il faut se rappeler que ces conseils ne sont souvent pas suivis et que, même si l’issue n’est pas toujours fatale, il y a une forte probabilité qu’elle le soit. L’effet indésirable le plus courant de nos jours est une crise hypertensive consécutive à la prise d’ibuprofène ou de ses dérivés, surtout chez les personnes qui souffrent déjà d’hypertension et prennent déjà un certain type de médicament pour contrôler cette pathologie.

  • Insuffisance rénale

Ainsi, dans ces nouveaux travaux, des chercheurs de l’Université de Waterloo ont réalisé des essais de médicaments simulés à l’aide d’un programme informatique afin de reproduire les interactions potentielles entre trois types de médicaments sur le rein. D’après leurs résultats, certains patients pourraient finir par développer une insuffisance rénale aiguë qui pourrait devenir permanente s’ils combinent certains médicaments.

Dans ce cas, les effets des diurétiques et des inhibiteurs du système rénine-angiotensine, couramment utilisés chez les personnes souffrant d’hypertension et nécessitant une prescription médicale, ont été étudiés. Les analgésiques tels que l’ibuprofène ne nécessitent pas d’ordonnance dans certains pays. Par exemple, en Espagne notamment, ils sont délivrés sans ordonnance jusqu’à une certaine limite de dosage, bien que de nombreux experts estiment qu’une ordonnance devrait toujours être exigée.

ibuprofène
© Brett Jordan / Unsplash

Selon les conclusions de l’étude, l’association de diurétiques, d’inhibiteurs du système rénine-angiotensine et d’Ibuprofène chez les patients souffrant d’hypertension artérielle pourrait entraîner l’insuffisance rénale. Dans certains cas, ces lésions rénales peuvent devenir permanentes.

Comme l’explique Anita Layton, professeur de mathématiques appliquées, d’informatique, de pharmacie et de biologie à l’université de Waterloo, cette combinaison ne doit pas toujours poser problème. Cependant, ses résultats suggèrent que la probabilité est suffisamment élevée pour être prudent.

  • Hypertendus, attention

Bien qu’il s’agisse d’une simulation informatique, ce type d’étude a permis de reproduire rapidement des résultats qui prendraient beaucoup plus de temps dans des essais cliniques sur l’homme, avec des résultats similaires.

Enfin, les chercheurs soulignent l’importance des personnes souffrant d’hypertension qui prennent ces médicaments. Pour eux, la prise d’analgésiques tels que l’ibuprofène est déconseillée, car les anti-inflammatoires sont connus pour augmenter la tension artérielle, et l’association de l’ibuprofène avec des médicaments tels que les diurétiques peut aggraver terriblement la situation.

Les diurétiques ont pour fonction de libérer davantage de liquide vers l’extérieur, entraînant une certaine déshydratation, qui peut contribuer à des lésions rénales potentielles dans certaines circonstances. Dans ce cas, il est plus judicieux d’utiliser d’autres analgésiques comme alternative non anti-inflammatoire.