Collecte de signatures pour soutenir Luno, le chien retenu à Barajas depuis une semaine

Mise à jour du 24 mars : Il a été ordonné de renvoyer le chien dans son pays mais le combat pour arrêter la procédure continue.

© Capture Facebook

Et peut-être que maintenant, la seule chose qui puisse aider le chien, Luno, c’est que nous inondions d’appels et de courriels les personnes chargées de prendre la décision finale sur son avenir, en l’occurrence le directeur général de la santé de la production agricole (M. Valentín Almansa de Lara 91 347 50 46 // bzn-dgspa@mapa.es) et le secrétaire général de l’agriculture et de l’alimentation (M. Fernando Miranda Sotillos // 91 347 / 53 35 – 53 36 – 53 37 // sgagricultura@mapa.es).

Chien: Mise à jour du 24 mars, Il a été ordonné de le renvoyer dans son pays, mais le combat pour arrêter la procédure continue.

« Il est possible que la nouvelle soit parvenue sur vos téléphones, via les réseaux sociaux : une femme dort à l’aéroport de Madrid depuis dimanche 13 mars parce que son chien Luno a été retenu à la douane de l’aéroport« , explique AGERAA, l’association qui tente d’aider à résoudre ce désordre juridique.

Luno a été séparé de la famille d’Andrea, car lorsqu’il est arrivé à Barajas, ils ont vérifié que bien que le chien ait la carte vétérinaire à jour, il n’était pas correctement identifié avec sa puce électronique.

chien
© Facebook

On ne sait pas comment cela a pu se produire ni comment il a pu embarquer dans l’avion dans son pays d’origine, au Costa Rica. Cependant à son arrivée à Madrid, il a été contrôlé et, voyant qu’il n’avait pas de puce, le vétérinaire de l’aéroport a refusé de laisser entrer le chien, conformément à la réglementation en vigueur qui exige que le chien soit correctement identifié.

Quelles solutions sont proposées à Andrea ? Aucune n’est vraiment valable : on lui demande de renvoyer le chien dans son pays, mais elle n’est pas en état physique de voyager.

C’est pourquoi l’AGERAA et le service juridique de PACMA sont intervenus pour tenter d’imposer un peu de bon sens : le chien pourrait être mis en quarantaine après l’implantation de la puce, comme cela est envisagé pour les chiens des réfugiés ukrainiens qui arrivent avec leurs animaux.

C’est ce qui s’est également passé avec Buddy, un chien dans une situation similaire qui a été détenu à l’aéroport d’El Prat.

Une collecte de signatures est en cours, à laquelle vous pouvez accéder en cliquant ici ou sur l’image, pour tenter de soutenir Andrea et empêcher les autorités de laisser de côté cette affaire.

Personne ne nie que le chien est empêché d »entrer sur le territoire parce qu’il ne remplit pas les conditions légales. Mais étant donné que, suite à une erreur humaine, il a pu voyager, la logique voudrait maintenant que l’on essaie de résoudre la situation en causant le moins de traumatisme possible au chien et sans risque pour la santé de quiconque (une quarantaine le garantirait).

Si vous aimez les animaux, n’oubliez pas de partager nos articles avec vos amis.

©️ Rédaction Tekpolis toute reproduction de nos articles sans notre accord sera signalée à Google et Facebook